Retour de coaching

Avoir une multitude d’idées et prendre conscience que l’on a de l’intuition, cela peut vous permettre d’être utile aux autres,  et aussi de ne plus être en frustration -quasi permanente- de n’avoir pas assez de temps pour donner vie à toutes ces idées, ces envies, qui s’invitent sans préavis dans votre esprit.

Un jour, je ne sais plus quand exactement, j’ai « compris » que les gens venaient souvent à moi pour me demander avis et conseils. Un jour, j’ai compris que j’avais ce « sens » qui permet de mettre son intuition et son expérience au service des projets d’autrui. Un jour, j’ai réalisé à quel point j’aimais cela, à quel point je me sentais à ma place dans cette posture « d’éclaireur », à quel point cela me ré-générait de voir les yeux de mes interlocuteurs s’agrandir de satisfaction quand ils ressentent que j’ai compris leur projet et que je les « aide » à y voir clair sur la direction à prendre ou dans la façon de présenter leur « bébé ».

C’est ce que j’ai vécu vendredi dernier… Rentrer dans un nouvel univers, me concentrer jusqu’à en être presque imprégnée tout en gardant « l’œil extérieur », rencontrer de belles personnes pleines d’espoirs et d’envies, et partager ensemble l’un de ces moments magiques où l’on pourrait s’exclamer « Bon sang mais c’est bien sûr ! » quand on a trouvé quel est le bon chemin à emprunter pour le moment, sans pour autant lâcher la vision globale du projet. Quel Kiff !!
J’ai demandé à Caroline et Christophe, quel avait été leur ressenti… Je n’ai pas été déçue…  plutôt énormément touchée d’avoir ce retour si « wouah » !
Comme le bonheur ça se partage, je le fais ici 🙂

– – – –

« Tant de choses à dire, par quoi commencer ?

Anne-Lucie, c’est :

– une perception remarquable : à peine notre projet présenté, elle a immédiatement cerné la problématique, compris nos attentes, deviné nos interrogations….et répondu à tout, et bien au-delà !

– une disponibilité intellectuelle totale : concentrée sur le projet, le monde aurait pu s’écrouler autour de nous, elle aurait continué à penser, réfléchir, triturer les méninges, trouver les bonnes approches, imaginer de nouvelles perspectives

– un don de soi entier : peut-on parler d’empathie ? En tout cas, elle a parfaitement compris ce que l’on attendait, nous avions l’impression qu’elle cheminait dans nos têtes, embarquée avec nous sur le même bateau, et qu’elle faisait partie de l’aventure.

– le partage de son expérience, l’ouverture de nouveaux horizons, des idées plein la tête, le recadrage de ce qui dévie, du temps consacré sans compter, un échange direct et précis, sans détour, une bonne humeur communicative, un dynamisme remarquable, un optimisme à toutes épreuves : voici pêle-mêle les différentes qualités humaines et professionnelles que nous avons pu apprécier, et on en oublie certainement ! Tant mieux, cela permettra aux témoignages suivants de pouvoir ajouter ce que nous avons certainement oublié.

Pour conclure : Anne-Lucie, MERCI !!! »

– – – –

Si vous aussi, vous avez des projets, des idées, plus d’idées, des envies, des questions, trop de réponses… Avec ma formule magique :  Tête d’ampoule et 7ème sens, je serais ravie de vous accompagner un bout de chemin !
• Une vision extérieure pour ordonner, structurer, organiser vos idées
• Un soutien pour faire naître votre projet
• Un accompagnement pour valoriser au mieux l’imagination de vos collaborateurs et renforcer  le potentiel créatif de votre entreprise
• De nouveaux concepts pour créer ou re-booster votre business
• La clarification de vos envies pour re-trouver votre chemin
• L’acquisition des réflexes qui vous permettront de re-connaître votre intuition et de vous en servir au mieux
• La libération, l’acceptation de votre créativité pour  l’utiliser en confiance
• Un accompagnement pour identifier les tendances innovantes liées à votre activité
#intuition #spontanéité #curiosité #openmind

On se contacte ?

Faire le choix du bon choix, ici et maintenant…

Le temps file et se défile…
La vie, imprévisible peut s’arrêter du jour au lendemain… mais on l’oublie et on remet à demain ce qui nous tient à cœur, nos réflexions intérieures, l’écoute de nos besoins, de nos désirs, de nos envies. Parce qu’on n’a pas le temps, parce que c’est pas le moment…

Procrastiner pour déclarer ses impôts, sa TVA, réviser ses exams… c’est sans doute ce que beaucoup d’entre nous font sans même y réfléchir. Est-ce sans y réfléchir aussi que nous ne passons pas ou peu à l’action du côté de réalisation de nos idées, de la valorisation de notre potentiel ? Sommes-nous toujours en accord avec nos actes et nos décisions ?

Décider de l’être demande un effort permanent… car beaucoup de choses dans notre environnement nous renvoient que ‘ce n’est pas le moment’, ‘est-ce vraiment raisonnable ?’
Notre éducation, l’attitude à avoir en société, notre inconscient, nous encouragent sans cesse à rester prudents. Sans doute a-t-on développé ces automatismes de protection pour de bonnes raisons…

Comme j’en parlais déjà ici en partageant le talk de Tim Urban, la dead line existe bien, elle est réelle : c’est la fin de notre vie. Et quand c’est fini, c’est fini !

Croyez-vous que nous sommes en vie pour ne pas accomplir notre mission ? La ‘vraie’ je veux dire…
Croyez-vous que vous ne devez pas exploiter, savourer, partager vos nombreux talents ?
Croyez-vous que nous ne sommes pas là pour ne pas être profondément bienveillants, notamment avec les gens que nous aimons ?
Croyez-vous que nous avons tant de temps que cela ?
Est-on profondément si persuadé que demain existera ?

Une des raisons pour laquelle la vie est magique, c’est que l’on ne sait pas quand elle s’arrêtera. On ne connait pas la date de fin. Pourtant, le simple fait  de l’imaginer le plus tard possible nourrit notre illusion que nous avons le temps… Le temps de nous mettre au dessin, le temps d’écrire notre roman, le temps de dire à son conjoint qu’on l’aime, le temps de s’offrir ce voyage dont on rêve depuis si longtemps, le temps de créer sa boîte…

Nous vivons dans une société qui ne regarde pas la fin en face, qui ne regarde pas la mort en face, qui redoute la séparation… Façon autruche, nous mettons notre tête dans le sable, pour ne pas voir ce dont nous avons sans doute finalement le plus peur et nous ne faisons pas de cette peur notre alliée. Nous ne faisons pas (ou trop peu) de cette terrible évidence un moteur pour nous accomplir pleinement et contribuer à changer le monde, chacun à sa façon.

Les enseignements bouddhiques proposent de comprendre la mort pour mieux apprécier la vie… pour ne pas passer à côté… l’issue étant inévitable !

Bien sûr il est difficile d’imaginer que nous pourrons réaliser tout ce qui nous tient à cœur, et c’est bien normal… cependant la vie est impermanence, pleine de surprises et d’imprévus qui ouvrent bien souvent des voies que nous n’aurions pas oser espérer.

La vraie question à nous poser quand nous menons une action, quand nous sommes face à un choix, ne devrait-elle pas être :
« Suis-je bien en accord avec mes valeurs, avec qui je suis, en posant cet acte ? »
et même encore :
« Si il m’arrive quelque chose aujourd’hui, si je meurs aujourd’hui, quel choix ne vais-je pas regretter d’avoir fait ? »
Notre bucket list sera certainement encore bien longue au moment du départ final. Mais, le sera-t-elle parce que nous avons, à chaque fois, repoussé de passer à l’action ou parce que nous débordons d’envies, d’idées et de projets ?

Même s’il est bien nécessaire de devoir accomplir des tâches plus ou moins fun, aussi souvent que la vie me le rappelle, je me m’interroge sur ce qui est essentiel pour moi, maintenant, dans l’instant. J’essaye de vérifier si je fais ce que je souhaite faire… Si jamais ma vie s’arrêtait demain, aurais-je été en accord avec moi-même ? Et bien souvent la décision, même si elle n’est pas forcément la plus sage, la plus simple, me rassure car je ressens profondément que je suis sur le juste chemin, celui de MA vie.

« J’ai à faire pour ma vie future comme si je n’allais plus vivre demain » – Mahmoud Darwich, poète palestinien.

@aludv

Intuitif(ve)s, osez vous révéler !

Intuitive, je suis… Il a fallu un peu de temps de vie pour comprendre et accepter complètement cet aspect de mon fonctionnement. Aujourd’hui, je souhaite exprimer toute ma reconnaissance envers mon intuition qui, si je l’écoute, si je l’entends, m’accompagne sur le chemin des décisions à prendre, me permet d’être créative et soutenir d’autres à faire de même.

Concept image of the six most common questions and answers on a signpost.

Et oui… malgré vous, vous savez ce qu’il est bon de faire, de proposer, vous avez cette capacité de « scannage » de la situation qui vous donne la solution… l’idée.
Sans savoir pourquoi, vous savez quelle sera la tendance dans les mois à venir, vous savez animer une réunion sans l’avoir préparée 5 heures, réfléchir à plusieurs dossiers en même temps… Vous êtes efficace, visionnaire, « en avance »… parfois trop en avance même !

Quand on prend conscience de son intuition, au début, on cherche à se prouver que c’est une coïncidence, on cherche à se « rassurer » et à vérifier que l’on n’a pas d’intuition…

Etre intuitif(ve) se révèle à vous de 1OO1 et une façons, et dans l’absolu, nous sommes tous intuitifs.

einsteinquote

Et parce que l’on ne vit pas dans le monde des bisounours, certains opportunistes ne se priveront pas de vouloir vampiriser votre intuition, vos idées, votre talent… et d’autres se sentiront mis en danger par ce qu’ils prendront pour un « pouvoir » et feront tout pour vous écarter d’un projet, d’un groupe, d’une entreprise…

« Intuition » va souvent avec « Empathie », « Grande sensibilité »… et il se peut que durant les années qui nous permettent d’aller à la rencontre du fonctionnement de notre intuition, on se fasse « avoir » par toutes sortes de manipulateurs… simplement parce que l’on a envie de bien faire et que ces « manipulateurs » jouent sur le tableau de la grande fragilité des « hypersensibles/intuitifs » qu’ils comprennent tant, soi-disant…

capture-decran-2016-09-28-13-12-33Osez révéler et assumer votre intuition, car plus vous le ferez, et moins les prédateurs auront de proies à manipuler… Plus vous accepterez votre intuition, plus vous serez créatif(ve)s et plus vous aurez des idées… et vous ne pourrez pas toutes leur donner vie. Alors, offrez-les à de belles personnes, et puis, si quelques charognards vous empruntent ou plagient vos idées… Grand bien leur fasse et après tout si vous êtes copié(e)s – jusque dans la plagiat de votre baseline –… C’est que vous êtes au top !

Aujourd’hui j’ai une immense reconnaissance envers toutes celles et tous ceux qui m’ont piqué mes idées, fait croire que je me trompais, voulu m’évincer de projets parce que j’étais intuitive et qu’elles/ils se sentaient mis(es) en danger, jaloux(ses) même peut-être ! Merci à vous tous du fond de mon cœur ! Grâce à vous, j’ai chaque jour un peu moins de doute sur mes capacités à être intuitive, visionnaire, tout en restant sensible et empathique. Pourquoi ? Parce que vos comportements, vos attitudes, votre arrogance, m’ont entrainée durant toutes ces années ! Merci, grâce à vous, j’ai développé ma confiance ! Je vous souhaite bon vent et je m’abstiens de faire ici le listing de vos noms car ce serait vous faire trop d’honneur… et oui ! Ma gentillesse a des limites 😉

Le raisonnement intuitif, le talent et la créativité sont dans l’absolu en chacun de nous.
Nous pouvons décider d’être du côté de ceux qui utilisent leurs capacités pour changer le monde en mieux et non du côté de ceux qui « utilisent » les fragilités et la sensibilité créative-innovante des incertains…
Devenons confiants… Les manipulateurs se nourrissent uniquement dans nos failles…
A bon entendeur ! 😀

reussirgraceasonintuitionEnvie d’un petit bouquin sympa pour vérifier si vous êtes intuitif ou pas ?
Je vous recommande vivement celui de Béatrice Millêtre.

@aludv

Et si il ne dépendait que de nous d’être chanceux ?

Philippe Gabilliet, Professeur de psychologie à ESCP Europe (Paris), spécialiste des stratégies mentales de la réussite et Vice-Président de la Ligue des Optimistes, nous proposait il y a quelques jours dans le HuffintonPost de nous pencher sur vos capacités à fabriquer notre chance.

Dans son article, Philippe Gabilliet pose 5 points :
– La chance est d’abord le produit d’une disponibilité intérieure
– La chance est aussi une affaire de connexion avec les autres
– Les chanceux sont souvent experts en recyclage de malchance
– La chance durable offre une direction intérieure, celle de l’intention créatrice
– Il n’existe guère de chance qui soit à la fois durable et passive

La « chance » est un sujet cher à Philippe Gabillet, qui déjà en 2009, proposait, au travers de la vidéo (ci-dessous), de voir la chance non plus comme le fruit du hasard, mais plutôt comme un facteur que nous pouvons provoquer.

Pierre Gabilliet estime que les 4 facteurs de réussite sont : Le talent, le travail, disposer des bons outils, et le dernier facteur, « politiquement incorrecte »… La chance.

Avoir de la chance s’apprend et peut se développer… Elle pourrait même être une compétence.
Comment ? A partir du moment où nous savons être attentifs aux concours de circonstances et que nous avons la capacité de créer des «ouvertures».

Etre attentif aux opportunités qui élargissent le champ des possibles, être curieux, changer ses habitudes et être en mode « vigilance », c’est ainsi que se créent les opportunités de chance dans l’entreprise (et dans la vie).

La chance n’est pas seulement ce qu’il vous arrive mais la manière dont vous allez l’exploiter : Votre capacité à rebondir.

Vous trouverez, dans cette vidéo, de nombreuses réponses aux questions que nous nous posons sur la manière dont nous devons saisir la chance, notre chance.
Profitez-en et créer vos opportunités, car comme nous le souligne Pierre Gabilliet :
« La meilleure façon de rencontrer des opportunités, c’est déjà d’en être une soi-même »…

Bonne chance et bonne semaine !

@aludv

Photo : blog.doctissimo.fr