Faire le choix du bon choix, ici et maintenant…

Le temps file et se défile…
La vie, imprévisible peut s’arrêter du jour au lendemain… mais on l’oublie et on remet à demain ce qui nous tient à cœur, nos réflexions intérieures, l’écoute de nos besoins, de nos désirs, de nos envies. Parce qu’on n’a pas le temps, parce que c’est pas le moment…

Procrastiner pour déclarer ses impôts, sa TVA, réviser ses exams… c’est sans doute ce que beaucoup d’entre nous font sans même y réfléchir. Est-ce sans y réfléchir aussi que nous ne passons pas ou peu à l’action du côté de réalisation de nos idées, de la valorisation de notre potentiel ? Sommes-nous toujours en accord avec nos actes et nos décisions ?

Décider de l’être demande un effort permanent… car beaucoup de choses dans notre environnement nous renvoient que ‘ce n’est pas le moment’, ‘est-ce vraiment raisonnable ?’
Notre éducation, l’attitude à avoir en société, notre inconscient, nous encouragent sans cesse à rester prudents. Sans doute a-t-on développé ces automatismes de protection pour de bonnes raisons…

Comme j’en parlais déjà ici en partageant le talk de Tim Urban, la dead line existe bien, elle est réelle : c’est la fin de notre vie. Et quand c’est fini, c’est fini !

Croyez-vous que nous sommes en vie pour ne pas accomplir notre mission ? La ‘vraie’ je veux dire…
Croyez-vous que vous ne devez pas exploiter, savourer, partager vos nombreux talents ?
Croyez-vous que nous ne sommes pas là pour ne pas être profondément bienveillants, notamment avec les gens que nous aimons ?
Croyez-vous que nous avons tant de temps que cela ?
Est-on profondément si persuadé que demain existera ?

Une des raisons pour laquelle la vie est magique, c’est que l’on ne sait pas quand elle s’arrêtera. On ne connait pas la date de fin. Pourtant, le simple fait  de l’imaginer le plus tard possible nourrit notre illusion que nous avons le temps… Le temps de nous mettre au dessin, le temps d’écrire notre roman, le temps de dire à son conjoint qu’on l’aime, le temps de s’offrir ce voyage dont on rêve depuis si longtemps, le temps de créer sa boîte…

Nous vivons dans une société qui ne regarde pas la fin en face, qui ne regarde pas la mort en face, qui redoute la séparation… Façon autruche, nous mettons notre tête dans le sable, pour ne pas voir ce dont nous avons sans doute finalement le plus peur et nous ne faisons pas de cette peur notre alliée. Nous ne faisons pas (ou trop peu) de cette terrible évidence un moteur pour nous accomplir pleinement et contribuer à changer le monde, chacun à sa façon.

Les enseignements bouddhiques proposent de comprendre la mort pour mieux apprécier la vie… pour ne pas passer à côté… l’issue étant inévitable !

Bien sûr il est difficile d’imaginer que nous pourrons réaliser tout ce qui nous tient à cœur, et c’est bien normal… cependant la vie est impermanence, pleine de surprises et d’imprévus qui ouvrent bien souvent des voies que nous n’aurions pas oser espérer.

La vraie question à nous poser quand nous menons une action, quand nous sommes face à un choix, ne devrait-elle pas être :
« Suis-je bien en accord avec mes valeurs, avec qui je suis, en posant cet acte ? »
et même encore :
« Si il m’arrive quelque chose aujourd’hui, si je meurs aujourd’hui, quel choix ne vais-je pas regretter d’avoir fait ? »
Notre bucket list sera certainement encore bien longue au moment du départ final. Mais, le sera-t-elle parce que nous avons, à chaque fois, repoussé de passer à l’action ou parce que nous débordons d’envies, d’idées et de projets ?

Même s’il est bien nécessaire de devoir accomplir des tâches plus ou moins fun, aussi souvent que la vie me le rappelle, je me m’interroge sur ce qui est essentiel pour moi, maintenant, dans l’instant. J’essaye de vérifier si je fais ce que je souhaite faire… Si jamais ma vie s’arrêtait demain, aurais-je été en accord avec moi-même ? Et bien souvent la décision, même si elle n’est pas forcément la plus sage, la plus simple, me rassure car je ressens profondément que je suis sur le juste chemin, celui de MA vie.

Je vous souhaite une belle rentrée ! Je vous souhaite d’être aussi souvent que possible connecté(e) à vos rêves, à vos convictions et de prendre soin de ceux qui vous sont chers.

« J’ai à faire pour ma vie future comme si je n’allais plus vivre demain » – Mahmoud Darwich, poète palestinien.

@aludv

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s