Le pouvoir des mots

heforshe-askyourself-001Peut-être aviez-vous remarqué cette initiative de Emma Watson, le fait de « cacher » des livres porteurs de sens dans le métro pour éveiller les consciences, interpeller, encourager, changer le monde en somme ! Une façon de résister, de militer, qui a cela de magique que l’on ne sait pas qui « tombera » sur le livre déposé.
Une idée de j’ajoute à ma #todolist2017 !

9782882504272-c6b62Parmi les livres que Emma Watson, ambassadrice de ONU Femmes depuis 2014, cache dans le métro, il y a Lettre à ma fille de Maya Angelou et c’est l’un des cadeaux que j’ai eu la chance d’avoir à Noël ! Et je pose ses quelques lignes ici pour vous encourager à lire ce livre, que vous soyez une fille ou pas !

Dans cette lettre, écrite à une fille qu’elle n’a jamais eue, l’auteure partage avec nous des moments de vie, de ceux qui, de gré ou de force, lui ont permis de grandir et de s’éveiller… Un petit bijou !

Comment vous donner envie ? Je l’espère, en relayant un extrait :

« Tu ne peux contrôler tous les événements qui t’arrivent, mais tu peux décider de ne pas être réduite à eux. Essaie d’être un arc en ciel dans le nuage d’autrui. Ne te plains pas. Fais tout ton possible pour changer les choses qui te déplaisent et si tu ne peux opérer aucun changement, change ta façon de les appréhender. Tu vas trouver une solution.
Ne geins pas. Gémir informe la brute qu’une victime est dans les parages.
Fais en sorte de ne pas mourir sans avoir accompli quelque chose de merveilleux pour l’humanité. »

Voilà, voilà… Il y a t-il besoin d’ajouter quelque chose de plus entamer cette nouvelle année ?

@aludv

Elsa Dreisig, chanteuse lyrique, belle et rebelle… et ça fait du bien !

Elle s’appelle Elsa Dreisig, elle est chanteuse lyrique, et suite à son allocution aux Victoires de la Musique Classique, où elle s’est vue décernée la Victoire de la révélation Artiste Lyrique, il y a eu un petit buzz… Et oui, pour accrocher nos petits yeux d’internautes pressés, les différents rédacteurs ont joué sur le fait que « Elle n’avait pas dit merci », plantant intentionnellement une ambiance limite agressive… Si si quand même…

Et comme beaucoup, j’ai découvert la vidéo du discours de remerciements d’Elsa… Et j’y ai découvert, une fois de plus que les journalistes déformaient la vérité… Car si, elle remercie… Mais intelligemment et en veillant bien à marquer son indépendance et sa personnalité ! Vous pourrez le vérifier en lisant son discours retranscrit à la fin de ce billet.

photo_biographie_elsa_1_3x4Si j’écris quelques lignes sur mon blog, c’est que les propos d’Elsa m’ont touchés…
• Oui, j’y ai aimé le refus d’être « obéissante » tout en restant reconnaissante.
• Oui, j’ai adoré la revendication de rester libre dans sa création.
• Et, ce que j’ai kiffé, apprécié, adoré… C’est la dernière partie de son discours (celle qui a le moins été reprise par les journalistes) où elle y assume la décision de « ne plus jamais avoir peur de suivre son intuition et d’être fidèle à soi-même » !! Et alors, juste pour cette petite phrase, je dis MERCI ELSA !…
Quel espoir, Elsa a communiqué en assumant ces/ses quelques mots !
« Il est difficile aujourd’hui de dire ce que créer veut dire, il ne s’agît pas pour moi d’être original, pour être original ou encore moins provoquant. Il s’agît au contraire de m’en tenir au difficile et le difficile pour moi c’est de se délier de l’attendu et du convenu, je tiens donc à dire ce soir que je n’aurai plus jamais peur de suivre mon intuition et d’être fidèle à moi-même. »

Merci, Elsa, vraiment pour cette leçon de liberté assumée ! Je suis persuadée que vos propos auront fait beaucoup de bien à beaucoup de gens !

@aludv

Cliquez sur le visuel pour visionner la vidéo en plein écran la vidéo ou/et  profitez de la retranscription du texte ci-après ! Enjoy !

Capture d'écran 2016-03-01 14.45.40

« Je sais qu’il est d’usage, lorsqu’on se retrouve à cette place d’élu(e), de remercier tout le monde, enfin du moins, beaucoup de monde… Non pas que je ne sois pas reconnaissante des gens qui m’entourent et m’aident, loin de là et les personnes importantes dans ma vie le savent, je ne souhaite pas formuler de remerciement particulier ce soir, parce que, tout simplement, cela me rendrait obéissante.
Cette Victoire, que grâce à vous je reçois ce soir, n’est en aucun cas un aboutissement ou une fin en soi, au contraire. Elle est un tremplin pour mon travail, une aide pour continuer à chercher et à chanter sur scène. Et pour ça je vous remercie infiniment.
Mais, je tenais aussi à dire ce soir, puisque vous m’en donner la possibilité, que jamais je ne me soumettrai, ni aux avis extérieurs ni aux certitudes toutes faites dictées par une loi venue de je ne sais où et qui ne peuvent, à mon sens, que ruiner la création.
Il est difficile aujourd’hui de dire ce que créer veut dire, il ne s’agît pas pour moi d’être original, pour être original ou encore moins provoquant. Il s’agît au contraire de m’en tenir au difficile et le difficile pour moi c’est de se délier de l’attendu et du convenu, je tiens donc à dire ce soir que je n’aurai plus jamais peur de suivre mon intuition et d’être fidèle à moi-même. Ce soir de cette victoire j’en écris le nom. Merci beaucoup pour votre confiance et merci pour qui vous êtes. »

La « maltraitance » est-elle définitivement banalisée ?

empathyOn dit de moi que je suis empathique, je suis même de ceux que l’on met dans la case «hypersensible»… Vous savez avec « hyper » comme pour « trop » (!)

Heureusement, avec les années, j’ai compris que cette très très très grande sensibilité pouvait être une force et non un handicap ou une « faiblesse ». Je dirais même que c’est cette « capacité » à ressentir, plus que la « moyenne », qui fait de moi une personne capable d’être, notamment dans mon job de consultante, à l’écoute de mes clients et ainsi proposer une offre réellement adaptée aux besoins, et non pas « fourguer » une seule et même méthode qui s’applique à tous !

Cette grande sensibilité me permet de voir la part d’humanité de chacun parfois cachée très très loin… et elle me permet aussi de sentir quand les choses ne sont plus acceptables, ne sont plus « correctes » comme le diraient nos amis québécois, et quand il est plus que temps de dire que l’on n’est pas d’accord !

Evidemment, j’ai appris à maîtriser cette sensibilité et à ne pas pleurer de tristesse ou de rage toutes les 2 secondes, parce qu’il y a, hélas, matière à trouver très très facilement de quoi se retourner le bide non stop, ça c’est certain !
Et malgré cela… Parfois, la cocotte est pleine. Et, partager sur mon blog est un moyen de dépressuriser la cabine, et, peut-être aussi, de me dire que ces messages, envoyés dans l’immense world wide web, trouveront ne serait-ce qu’une personne qui pensera aussi que : trop, c’est trop… !

photo_harcelement_sexuelBref ! Je parle de moi, mais ce n’est pas ça le but ! Le but c’est de partager ici que : autant je suis convaincue que l’être humain a en lui la capacité de se sauver lui-même, et donc de sauver la planète… autant je suis atterrée de sa capacité à être « maltraitrant » envers autrui ! « WTF ! » comme l’explique ici Wikipédia.

Je ne sais pas. Peut-être que trop d’informations « identiques » ont percuté ma capacité d’analyse, dans un temps restreint, pour que j’ai envie de hurler : STOOOOOP !!

1 – Jeudi, remaniement ministériel… Jusque là, bon, vous me direz rien de neuf sous le soleil… Et là, on apprend par la presse bienveillante (humour) que Fleur Pellerin a appris seulement 45 minutes avant l’annonce « officielle » qu’elle n’était plus ministre…WTF ! Peut-on avoir aussi peu de considération pour une personne, quelle soit ministre ou pas d’ailleurs ? On se croirait dans un film américain où l’on y caricature si souvent le fait que l’on puisse, d’un moment à l’autre, être prié de mettre toutes ses affaires dans un carton et quitter son bureau sur le champ…

Capture d'écran 2016-02-16 05.02.552 – La presse « bienveillante » (re-humour)… qui rapporte qu’en « apprenant » la nouvelle de sa fin de mandat, surprise, Fleur Pellerin a manqué de s’évanouir… parce que (quand même – la pauvre) c’est une (faible) femme. WTF ! Je ne sais pas si c’est vrai ou pas, et franchement cela ne me regarde pas, mais si Fleur Pellerin a bien été « choquée » d’apprendre qu’elle était « remerciée » – pendant la pause des débats au Sénat – alors : Youpi ! C’est un être humain et pas un robot !
Et là, seulement sur la journée du 11 février, je perçois 2 formes de maltraitance « banalisée » juste sur la personne de Fleur Pellerin : comment elle a été virée et comment la presse en parle ! Et peut-être même une 3ème avec comment les réseaux sociaux « bloquent » dessus…

3 – Samedi, je prends le temps de discuter un peu avec la maman du meilleur ami de mon fils. Et là, elle me raconte son quotidien au boulot ! WTF !
imgresUn grand groupe qui manage ses équipes de commerciaux à coup d’e-mails «envoyés à tous», où le chef «distribue» des boules rouges ou vertes en fonction des résultats de chacun, où il dit à l’un «Bravo, c’est bien» ou «Dis donc c’est pas très très bien quand même» à l’autre, où tout le monde est infantilisé, rabaissé et mis en compétition aux yeux de tous…
Et parce qu’un jour « trop, c’est trop », la personne dont je vous parle fait « répondre à tous » et explique, factuellement, comment ce genre d’e-mail, et de management, s’apparente à du harcèlement… On la convoque dans le bureau du chef à Paris (parce qu’elle travaille en région) et on lui demande si elle ne va pas bien, si elle a pas des problèmes de santé, on essaye de lui prouver par A + B que c’est là de très bonnes « méthodes » pour « motiver » les équipes, et, parce qu’elle tient tête… on lui dit qu’elle peut partir, si elle n’a pas les épaules assez solides (après 15 ans dans la boîte, c’est sympa). Elle me confie aussi que plusieurs de ses collègues ont fait des tentatives de suicide, que d’autres se shootent au bétabloquants et antidépresseurs (en même temps !!) ou encore à la cortisone, parce qu’on leur ajoute toujours plus d’objectifs à atteindre et qu’ils sont sur les routes, pour certains, de 5h du matin à 21h… Dois-je préciser que c’est un groupe qui vend des médicaments et qui s’efforce toujours et avant tout de satisfaire l’Actionnaire ? Ici la maltraitance n’est même plus banalisée, elle est organisée !

4 – Hier, sur mon fil d’actualité Facebook (parce qu’un de mes contacts l’avait juste « liké »), une vidéo se met en lecture automatiquement (et oui, merci la nouveauté Facebook qui nous « impose » même les images que l’on souhaite pas visionner). A priori il s’agit d’un montage où l’on voit un gars qui filme sa copine, dans le titre en anglais je comprends qu’il y a un lien avec la St Valentin et je baisse donc ma vigilance… Et là… WTF !
Le gars a fait un montage de plusieurs « snapchat » où il a littéralement humilié sa petite amie (réveillée avec de la viande crue lancée au visage, avec une œuf éclaté sur la tête, un seau rempli d’eau glacée, poussée toute habillée dans le canal quand ils font une promenade, piégée à manger des excréments d’animaux et avoir un « Onion ring » en guise bague de fiançailles.
Real-or-FakeEt là on l’espère… pourvu que ce soit du «fake» ! Et puis on réfléchit un peu et là, on flippe… parce que même si c’est un fake, il y a une fille qui a accepté de jouer le « rôle » de la fille sans cervelle qui reste avec son mec même quand il lui fait la blague de lui faire manger du caca !!!! Et si ce n’est pas un fake, on est désespéré d’autant de méchanceté gratuite et d’incapacité à voir que l’on est maltraité… surtout quand on voit le nombre de « likes » qu’il y a sous la vidéo… Et alors on réalise, une fois de plus, une fois de trop, que même si cette « maltraitance » est singée, elle est « célébrée » et fait le buzz justement parce que les images posent le doute que ce soit «pour de vrai», et ce un gars, quelque part à Londres, fait juste ces vidéos « pourries » (appelons un chat un chat) pour avoir un peu de célébrité…

c81Je suis en colère, même si je ne suis pas naïve et que je sais que le monde des Bisounours n’existe pas…

Je suis en colère sans doute parce que mon « hypersensibilité » m’impose de ne jamais oublier que notre passage sur terre est très très très éphémère et que cela paraît quand même plus logique d’y donner du sens, non ?

J’ai le souvenir d’avoir vu sur la toile une phrase qui disait dans l’idée : « que ce que l’on donne aux autres est à nous pour toujours », et cela me paraît tellement vrai… même et surtout si on donne du «caca »… non ?
Barque sur la DordogneAlors je termine, avec un peu d’espoir dans le cœur, ce billet d’humeur, en me réconfortant du fait que toutes ces personnes qui manquent de respect à autrui et maltraitent sans vergogne, et parfois sans avoir conscience de le faire, chargent leur « barque de vie » de « caca » et qu’un jour il faudra bien qu’ils « nettoient » pour continuer à avancer 😉

A bon entendeur…

@aludv

Soyez inspirant : Partagez comment vous créez un monde meilleur grâce à de « petites » actions !

Chaque jour nous pouvons faire le choix de ne pas être indifférent à notre environnement.
Sourire à son voisin, engager la conversation avec un inconnu, dire bonjour aux personnes qui croisent notre chemin…

Nous pouvons décider de voir nos différences comme un moyen d’enrichir la société, nous pouvons faire le choix de la non-violence, nous pouvons faire le choix d’aller vers l’autre et nous lancer, chaque jour, des petits défis pour construire un monde en paix.

Et si nous utilisions la puissance des réseaux sociaux pour partager ces petits moments, ces petites actions qui nous font faire chaque jour un petit pas de plus vers la paix ?
Capture d'écran 2015-11-22 00.57.46 - Version 2Pour inspirer, partagez les vôtres avec #builapeacefulworld
Facebook : https://www.facebook.com/buildapeacefulworld/
Twitter : https://twitter.com/a_peacefulworld
Instagram : https://www.instagram.com/buildapeacefulworld/
Pinterest : https://www.pinterest.com/a_peacefulworld/

Tous ensemble, nous pouvons y arriver !

Comme tous, le vendredi 13 novembre, j’ai eu un choc… Un choc qui m’a rappelé à quel point il est important d’être fidèle à ses valeurs, à quel point il est nécessaire et urgent d’agir pour contribuer, comme nous le pouvons, à construire un monde où les petits gestes qui font de nous des êtres humains ( dans le bon sens du terme) prendraient plus de place que les messages de haine…

J’en parlais dans cet article jeudi, j’étais en overdose d’être confrontée à toutes les réactions de haine qui se vomissaient sur la toile.
Que faire ? Eteindre l’ordinateur et ne plus aller sur internet ? Ne plus regarder la TV ?… ou… décider d’agir avec mes tous petits moyens…

Avec une amie qui avait la même envie, et qui vit au Quebec, on s’est fait des skype, on a fait de la veille… et nous avons chacune décidé de passer à l’action, chacune de notre côté tout en faisant des interactions entre nos 2 envies.

Mon envie, mon action, c’est #buildapeacefulworld. Avec une page Facebook, des comptes Twitter, Instagram et Pinterest, donner envie aux gens de partager quelles sont leurs actions quotidiennes qui, pas après pas, contribuent à construire un monde en paix… que se soit au boulot, dans la vie de tous les jours, dans leur famille, avec leurs voisins…
BaPW -4

Parce que oui, le concept de « Paix Mondiale » ça fait un peu grand, un peu inaccessible, un peu « pas à notre portée »… et pourtant, j’en suis persuadée, c’est nous, les citoyens du monde, qui avons le pouvoir de changer les choses, en nous changeant peut-être d’abord nous-même…

A l’heure où les photos de profil, sur les réseaux sociaux, redeviennent des visages, à l’heure où nous retournons à la vie, parce qu’elle continue… c’est ma façon à moi de battre le fer (le faire) pendant qu’il est encore chaud… M’engager à #buildapeacefulworld en partageant mes actions quotidiennes, en relayant l’information positive sur les réseaux sociaux.
BaPW -6

Et si cette initiative ne « prend » pas ?… J’aurai juste été fidèle à ce que j’avais envie de faire, j’aurai essayé…

Si vous vous reconnaissez dans cette action, alors… Come on and share 🙂

@aludv