La « maltraitance » est-elle définitivement banalisée ?

empathyOn dit de moi que je suis empathique, je suis même de ceux que l’on met dans la case «hypersensible»… Vous savez avec « hyper » comme pour « trop » (!)

Heureusement, avec les années, j’ai compris que cette très très très grande sensibilité pouvait être une force et non un handicap ou une « faiblesse ». Je dirais même que c’est cette « capacité » à ressentir, plus que la « moyenne », qui fait de moi une personne capable d’être, notamment dans mon job de consultante, à l’écoute de mes clients et ainsi proposer une offre réellement adaptée aux besoins, et non pas « fourguer » une seule et même méthode qui s’applique à tous !

Cette grande sensibilité me permet de voir la part d’humanité de chacun parfois cachée très très loin… et elle me permet aussi de sentir quand les choses ne sont plus acceptables, ne sont plus « correctes » comme le diraient nos amis québécois, et quand il est plus que temps de dire que l’on n’est pas d’accord !

Evidemment, j’ai appris à maîtriser cette sensibilité et à ne pas pleurer de tristesse ou de rage toutes les 2 secondes, parce qu’il y a, hélas, matière à trouver très très facilement de quoi se retourner le bide non stop, ça c’est certain !
Et malgré cela… Parfois, la cocotte est pleine. Et, partager sur mon blog est un moyen de dépressuriser la cabine, et, peut-être aussi, de me dire que ces messages, envoyés dans l’immense world wide web, trouveront ne serait-ce qu’une personne qui pensera aussi que : trop, c’est trop… !

photo_harcelement_sexuelBref ! Je parle de moi, mais ce n’est pas ça le but ! Le but c’est de partager ici que : autant je suis convaincue que l’être humain a en lui la capacité de se sauver lui-même, et donc de sauver la planète… autant je suis atterrée de sa capacité à être « maltraitrant » envers autrui ! « WTF ! » comme l’explique ici Wikipédia.

Je ne sais pas. Peut-être que trop d’informations « identiques » ont percuté ma capacité d’analyse, dans un temps restreint, pour que j’ai envie de hurler : STOOOOOP !!

1 – Jeudi, remaniement ministériel… Jusque là, bon, vous me direz rien de neuf sous le soleil… Et là, on apprend par la presse bienveillante (humour) que Fleur Pellerin a appris seulement 45 minutes avant l’annonce « officielle » qu’elle n’était plus ministre…WTF ! Peut-on avoir aussi peu de considération pour une personne, quelle soit ministre ou pas d’ailleurs ? On se croirait dans un film américain où l’on y caricature si souvent le fait que l’on puisse, d’un moment à l’autre, être prié de mettre toutes ses affaires dans un carton et quitter son bureau sur le champ…

Capture d'écran 2016-02-16 05.02.552 – La presse « bienveillante » (re-humour)… qui rapporte qu’en « apprenant » la nouvelle de sa fin de mandat, surprise, Fleur Pellerin a manqué de s’évanouir… parce que (quand même – la pauvre) c’est une (faible) femme. WTF ! Je ne sais pas si c’est vrai ou pas, et franchement cela ne me regarde pas, mais si Fleur Pellerin a bien été « choquée » d’apprendre qu’elle était « remerciée » – pendant la pause des débats au Sénat – alors : Youpi ! C’est un être humain et pas un robot !
Et là, seulement sur la journée du 11 février, je perçois 2 formes de maltraitance « banalisée » juste sur la personne de Fleur Pellerin : comment elle a été virée et comment la presse en parle ! Et peut-être même une 3ème avec comment les réseaux sociaux « bloquent » dessus…

3 – Samedi, je prends le temps de discuter un peu avec la maman du meilleur ami de mon fils. Et là, elle me raconte son quotidien au boulot ! WTF !
imgresUn grand groupe qui manage ses équipes de commerciaux à coup d’e-mails «envoyés à tous», où le chef «distribue» des boules rouges ou vertes en fonction des résultats de chacun, où il dit à l’un «Bravo, c’est bien» ou «Dis donc c’est pas très très bien quand même» à l’autre, où tout le monde est infantilisé, rabaissé et mis en compétition aux yeux de tous…
Et parce qu’un jour « trop, c’est trop », la personne dont je vous parle fait « répondre à tous » et explique, factuellement, comment ce genre d’e-mail, et de management, s’apparente à du harcèlement… On la convoque dans le bureau du chef à Paris (parce qu’elle travaille en région) et on lui demande si elle ne va pas bien, si elle a pas des problèmes de santé, on essaye de lui prouver par A + B que c’est là de très bonnes « méthodes » pour « motiver » les équipes, et, parce qu’elle tient tête… on lui dit qu’elle peut partir, si elle n’a pas les épaules assez solides (après 15 ans dans la boîte, c’est sympa). Elle me confie aussi que plusieurs de ses collègues ont fait des tentatives de suicide, que d’autres se shootent au bétabloquants et antidépresseurs (en même temps !!) ou encore à la cortisone, parce qu’on leur ajoute toujours plus d’objectifs à atteindre et qu’ils sont sur les routes, pour certains, de 5h du matin à 21h… Dois-je préciser que c’est un groupe qui vend des médicaments et qui s’efforce toujours et avant tout de satisfaire l’Actionnaire ? Ici la maltraitance n’est même plus banalisée, elle est organisée !

4 – Hier, sur mon fil d’actualité Facebook (parce qu’un de mes contacts l’avait juste « liké »), une vidéo se met en lecture automatiquement (et oui, merci la nouveauté Facebook qui nous « impose » même les images que l’on souhaite pas visionner). A priori il s’agit d’un montage où l’on voit un gars qui filme sa copine, dans le titre en anglais je comprends qu’il y a un lien avec la St Valentin et je baisse donc ma vigilance… Et là… WTF !
Le gars a fait un montage de plusieurs « snapchat » où il a littéralement humilié sa petite amie (réveillée avec de la viande crue lancée au visage, avec une œuf éclaté sur la tête, un seau rempli d’eau glacée, poussée toute habillée dans le canal quand ils font une promenade, piégée à manger des excréments d’animaux et avoir un « Onion ring » en guise bague de fiançailles.
Real-or-FakeEt là on l’espère… pourvu que ce soit du «fake» ! Et puis on réfléchit un peu et là, on flippe… parce que même si c’est un fake, il y a une fille qui a accepté de jouer le « rôle » de la fille sans cervelle qui reste avec son mec même quand il lui fait la blague de lui faire manger du caca !!!! Et si ce n’est pas un fake, on est désespéré d’autant de méchanceté gratuite et d’incapacité à voir que l’on est maltraité… surtout quand on voit le nombre de « likes » qu’il y a sous la vidéo… Et alors on réalise, une fois de plus, une fois de trop, que même si cette « maltraitance » est singée, elle est « célébrée » et fait le buzz justement parce que les images posent le doute que ce soit «pour de vrai», et ce un gars, quelque part à Londres, fait juste ces vidéos « pourries » (appelons un chat un chat) pour avoir un peu de célébrité…

c81Je suis en colère, même si je ne suis pas naïve et que je sais que le monde des Bisounours n’existe pas…

Je suis en colère sans doute parce que mon « hypersensibilité » m’impose de ne jamais oublier que notre passage sur terre est très très très éphémère et que cela paraît quand même plus logique d’y donner du sens, non ?

J’ai le souvenir d’avoir vu sur la toile une phrase qui disait dans l’idée : « que ce que l’on donne aux autres est à nous pour toujours », et cela me paraît tellement vrai… même et surtout si on donne du «caca »… non ?
Barque sur la DordogneAlors je termine, avec un peu d’espoir dans le cœur, ce billet d’humeur, en me réconfortant du fait que toutes ces personnes qui manquent de respect à autrui et maltraitent sans vergogne, et parfois sans avoir conscience de le faire, chargent leur « barque de vie » de « caca » et qu’un jour il faudra bien qu’ils « nettoient » pour continuer à avancer 😉

A bon entendeur…

@aludv

4 réflexions sur “La « maltraitance » est-elle définitivement banalisée ?

  1. Emmanuel dit :

    Et bien dites donc, pour quelqu’un de très sensible vous ne vous êtes pas épargnée! Les milieux de la politique et du business de la « santé » ………..ce ne sont vraiment des antipathiques. Pas simple, de trouver plus sordides et malsains que ces spécimens la. Je vais encore faire ma mauvaise langue mais le bien commun et l’utilité publique ont pris cher avec le dieu argent, surtout en ce qui concerne la pharmacopée cette « amie qui nous veux du bien » ôô
    Heureusement il existe tant de gens infiniment plus fréquentables et constructifs que tous ces fossoyeurs de l’humanité.
    Cependant je ne comprend pas. Ce n’est pas tant les « hyènes » que l’invraisemblable quantité de « gnous » qui me mine parfois le moral. Ces grosses sociétés comme par exemple celle de votre interlocutrice, ne tirent leur pouvoir que du consentement, de la résignation et , pire encore, d’une certaine efficacité à l’être de la part de leur subordonnés. Je sais que j’ai des mots durs en parlant ainsi mais je n’arrive pas à comprendre tout simplement comment on peut garder un minimum de dignité en se laissant traiter ainsi. Je ne peux concevoir une telle soumission à ce genre d’avilissement, c’est au delà de mes forces. Il me semble que l’énergie déployée ou la « volonté » nécessaire pour arriver à subir cela suffirait plus que largement à faire voler en éclats tous ces rapports de forces.

    cordialement et toujours un plaisir de vous lire.

    J'aime

    • aludv dit :

      Merci Emmanuel, une fois de plus, pour votre commentaire !

      Il est vrai qu’il est difficile de comprendre à quel point certaines personnes se « laisser » manipuler… Le travail du manipulateur ne se fait pas en un jour, il distille savamment ses petite répliques assassines, ou ses flatteries, avec parcimonie, pour que cela investisse doucement le quotidien… Ainsi, souvent, les « soumis », comme vous dites, n’ont pas conscience de l’être pleinement, et/ou, quand ils le découvrent, sont déjà pris au « piège », et là, il faut de temps pour s’extirper du troupeau de « gnous » sans être broyés par les « hyènes » (qui se nourrissent trop souvent de la souffrance qu’elles provoquent)… C’est pourquoi, il est important je pense de « dénoncer » quand nous sommes témoins de telles aberrations et aider les autres à voir que ce qu’ils vivent n’est pas « normal » 😉

      J'aime

  2. Emmanuel dit :

    Oui, heureusement qu’il existe encore des personnes pour pointer du doigt ces maltraitances. Tant qu’il y aura de la solidarité, de l’empathie et de l’indignation, l’humanité aura encore des chances de survie. Car si le nombre permet aux gnous de rester une espèce pérenne, il n’en est pas de même pour les humains. On a besoin de gens de bonne volonté attentifs aux « dérives ». J’entends régulièrement des phrases du genre « C’est comme ça, on n’y peut rien. » Mais ce fatalisme oublie que nos sociétés n’ont jamais été figées, elles ont changé, changent et changeront encore. Ceux qui disent que la bonne volonté n’ y fera rien devraient s’intéresser à l’histoire. Celle ci nous montre que quasiment tous les changement vers un monde meilleur n’ont été possibles au départ que grâce à quelques personnes de bonnes volontés. Ce n’est pas assez souvent une condition suffisante mais toujours nécessaire.

    J'aime

    • aludv dit :

      Merci à nouveau pour ce partage !
      L’espoir, c’est là-dessus que je base mes journées 😉
      Oui, le changement constant, c’est juste la loi de la vie ! Nous devons avoir confiance, sinon à quoi bon ?
      Ceux qui ont la mission de faire changer les choses en mieux existent et existeront toujours. Tout est une question de volonté et vous l’avez il me semble 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s