Une communication « délaissée » sera difficilement efficace !

Il y a des moments, où parce que trop de fois on a été confronté aux « absurdités » budgétaires de ses clients, ou plutôt de ses prospects qui ne deviendront pas clients faute de budget consacré à la Comm’, on va envie de leur dire que…
imagesNon, les communicants, que vous pensez embaucher pour « 3 francs 6 sous » juste à la fin de votre « chaîne » de production, en espérant faire le buzz parce qu’il suffit juste de créer une page Facebook et un compte Twitter – et hop tout le world wide web est au courant de votre activité, produit, projet… Non, aussi bons que soient ces professionnels, ils ne feront pas de miracle si la communication n’est pas un tantinet réfléchie en amont !

imagesCette semaine, une fois de plus, j’ai été contactée par une société qui avait besoin de communiquer sur les réseaux sociaux  (ici, au sujet de la mise en ligne d’un web-documentaire) et qui n’avait pas beaucoup de budget… Bon, le sujet est intéressant, on se dit qu’on peut faire un effort… Et puis, on découvre que rien n’a été anticipé, que c’est en ligne dans 15 jours et que ni stratégie de communication, ni campagne de presse, ni concertation avec les partenaires n’ont été prévues… Et que là, on vous demande « comment vous allez vous y prendre pour faire le buzz  » (l’éclair ?)
images-1Trop chouette ! En fait on pense que je suis magicienne et on suppose qu’en plus je n’ai pas besoin de gagner ma vie, que je peux travailler plus qu’à plein temps pour des clopinettes (et me passer d’avoir du temps pour travailler pour d’autres clients)…
Dois-je préciser que ses « prospects » là ne sont pas, ou à peine, sur les réseaux sociaux ?…

Non, non, non, je ne râle pas, je ne suis pas en colère… Juste, je ne comprends pas comment on espère travailler sur des projets transmédia, et faire que le travail soit vu, sans anticiper un minimum les choses, sans penser que l’interactivité nécessaire, à la vie du dit projet, ne se fera qu’avec des internautes, qui ne viendront pas se connecter d’instinct (!).

stock-vector-generations-comparison-info-graphic-generation-x-generation-y-cartoon-character-287741636Je suis de ceux qui seraient davantage d’accord avec le fait que les comportements sur le web, ou en entreprise, ne sont pas qu’une question de générations X, Y, Z mais plutôt une question d’état d’esprit, et même d’ouverture d’esprit. Je suis, de part ma date de naissance, une « X », mais je sais très bien que j’agis aussi comme une « Y », et que, notre monde changeant m’a enfin permis d’utiliser mes multiples compétences et d’être acceptée avec mon côté « slasheur« . Cependant il est vrai que les « X » sont moins familiarisés aux médias sociaux que les « Y », bien qu’à l’écart des grandes métropoles, de nombreux « Y » sont loin d’être hyper connectés et d’avoir un comportement innovant…

TransmediaJe m’interroge aujourd’hui sur la façon dont on encourage les « X »(ceux qui travaillaient avant que le monde soit autant connecté) à produire des projets transmédia et connectés, sans les accompagner dans ce monde nouveau (pour eux), ou sans les « obliger » à être accompagnés et donc à prévoir un budget (!).
A quoi cela sert-il, en ces temps bénis où l’on ne jurent que par l’innovation, et où chaque territoire se fait la course pour être le plus « french tech » – high tech – smart tech – et j’en passe, d’obtenir des subventions d’une région, ou même du CNC, pour des projets qui ne prévoient pas la stratégie de la communication on line (et off line) ?
images-1N’est-ce pas comme si un boulanger faisait son pain toute la nuit, le mettait dans son magasin et n’ouvrait pas la porte de celui-ci pour faire entrer les clients au matin ? Ou encore, comme si au sein d’une même rue, en centre ville, il y avaient 5 boulangeries… qu’est-ce qui va faire que les clients en choisiront une plutôt que l’autre ? La qualité du pain certainement, mais aussi et surtout le fait que la communication mise en place (qui revendiquera le meilleur pain) va faire que les gens vont décider de rentrer dans la boulangerie « untel » plutôt que dans les 4 autres !

imgres-2Imaginez juste dans le « world wide web », où WORLD prend plus que son sens, comment les gens font pour décider de télécharger votre appli plutôt qu’une autre, de venir se connecter pour voir votre webdoc… dans la « millionitude » de tout ce qui se trouve sur internet ?
Votre travail doit être de qualité, certes, et alors peut être il sera repéré par ceux qui influencent et donc par ricochet par le grand public aussi… Cependant, pour qu’ils repèrent votre travail, il faut les aider. Et c’est pour ça qu’il y a des professionnels qui savent utiliser au moins « basiquement » les réseaux sociaux, blogger, gérer les relations avec la presse, etc… et surtout qui savent relier/allier la sphère réelle et la sphère virtuelle.

La communication est, tout comme la conception et la production, une étape importante, et même super méga importante, à la réussite de votre projet/produit/service. Si vous négligez cette étape, en n’y consacrant pas assez de budget, ou un (grand) minimum de votre temps… Il y a peu de chance pour que vous ayez le succès que vous méritez d’avoir 😉

keep-calm-have-an-attitude-of-gratitudeEn écrivant ces lignes je réalise combien j’ai la chance que mes clients, du moment, soient de ceux qui ont compris que la communication autour de leur activité était une nécessité vitale qui leur permettra d’être vu pour pouvoir continuer à exister ! Merci la vie !

Patrick Robin face à Goliath

Est-ce que l’on peut se permettre de dire à une personne que l’on ne connaît pas, avec qui on a failli déjeuner une fois et que l’on a déjà citée dans plusieurs de ses articles, qu’on la kiffe ? … Que dicte le bon usage ?

Et bien je vais vous le dire : Peu importe si je dépasse les « conventions »…

Patrick Robin, je vous kiffe !!

Ah ! Je me sens mieux, cela fait au moins 2 ans que je garde ça pour moi 😉

Capture d’écran 2015-10-08 à 17.42.06J’ai capté Patrick Robin sur la toile au moment du mouvement des Pigeons, les entrepreneurs en colère, parce que j’avais écrit 2 articles sur le phénomène, ICI et ICI.
J’ai tout de suite aimé son franc-parler, sans langue de bois, et surtout sans agressivité.
Et ce que j’ai particulièrement aimé, c’est sa façon naturelle de présenter son parcours d’autodidacte assumé, qui nous rappelle que la réussite ne dépend pas des diplômes que l’on a, mais bien de sa créativité et de sa capacité à réaliser ses idées.

Discrètement donc, je suis l’aventure entrepreneuriale de Patrick Robin, en me disant souvent que je vais le recontacter pour reprogrammer ce déjeuner avorté, et puis le temps passe…

Et là, je suis tombée sur la nouvelle… Ne v’là ti pas, alors qu’il est désormais « tranquillement » Managing partner chez Avolta depuis 2013, après « juste » une vingtaine de sociétés créées, Patrick Robin lance un nouveau un concept, et non des moindres…
Easy Life Premium !

Alors que « l‘on » se plaint des « grands » qui mangent tout sur leur passage et qui font mourir les PME des pays où ils s’installent, Patrick Robin, lui, y voit l’opportunité de transformer la contrainte en levier marketing !

e-shop keyboard key. FingerAlors, il pense « Easy Life Premium », face à Amazon Premium. Amazon Premium qui, rappelons-le, propose un forfait livraison à l’année de 49 €, quel que soit le nombre de commandes et d’envois sur la période – ainsi quand le consommateur a déjà payé ces 49 €, il ne commande plus ailleurs.

rZy-EoI4_400x400Ce que propose Patrick Robin, c’est de la concurrence collaborative !
Easy Life Premium (EL’P), avec le soutien d’Avolta Studio, a l’ambition de fédérer les plus grandes marques et distributeurs français, puis européens, pour proposer les frais de livraison et de retours gratuits à tous ses membres, moyennant un abonnement de 49 euros par an.

Jouer collectif, agir et non se plaindre, réagir avant qu’il ne soit trop tard. Et surtout proposer une alternative au consommateur pour qui ne plus commander chez Amazon aujourd’hui devient un acte quasi révolutionnaire, tant tout le reste est beaucoup moins pratique… J’ai envie de dire Big Up !!

Patrick Robin le dit, Easy Life Premium n’est pas, pour lui, une société de plus mais bien « la structure d’accueil d’un engagement, d’une volonté, d’une ambition, celle de ne pas regarder les GAFA (Google Apple Facebook Amazon) grignoter petit à petit tous les territoires de l’économie de notre pays. Je respecte leur talent, leur audace, leur efficacité, mais pour autant mon admiration ne sera pas passive et béate. Bien au contraire, elle me donne une furieuse envie d’en découdre, certes avec bienveillance, mais avec une volonté sans faille ! »

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je tombe sur ce genre de nouvelles, ça fait chaud à mon cœur et cela me donne envie de continuer mon parcours d’entrepreneure avec force et détermination (même si le parcours n’est pas rose tous les jours).

Et si j’osais, j’ajouterais :
Merci Patrick ! Quand vous voulez, pour reprogrammer notre déjeuner d’il y a 2 ans 😉

@aludv

Photos : Avolta; tourmag.com, frenchweb

Là où l’Innovation est au coeur de la stratégie de l’entreprise

Côté Recherche & Développement, des entreprises comme Décathlon ont fait de l’Innovation une de leur priorité…

Que nous soyons grands sportifs ou juste vacanciers en quête de raquettes pour la plage, les innovations Décathlon sont rentrées dans notre vie sans même que nous le percevions, tellement ces « petits plus » nous ont paru « naturels »… La tente qui se déplie en 2 secondes, la semelle qui s’adapte à plusieurs coques de chaussures, le filet de ping-pong que l’on peut poser sur n’importe quelle table…

Au départ, une réunion juste en interne pour motiver les équipes, le groupe Oxylane partage désormais les « Oxylane Innovation Awards », en direct, avec tous ceux qui le souhaitent !

En effet, ce jeudi vers 18h en vous connectant ICI, vous pourrez suivre la cérémonie en direct. Et si vous n’êtes disponibles, dès le lendemain toutes les vidéos seront disponibles en replay.

Mais si vous êtes devant votre écran au moment du direct, ou sur place : au Zénith de Lille, vous pourrez voter pour votre innovation préférée.

@aludv

Grands Prix du Business durable : Votez pour LuckyLoc !

Capture d’écran 2015-10-06 à 11.30.51J’ai découvert LuckyLoc en 2012. Tellement fan du projet que j’ai déjà écrit sur cette aventure entrepreneuriale ICI, ICI, ICI et ICI !

Créé par Claire et Idris, LuckyLoc propose un service gagnant/gagnant pour les loueurs de voiture et les particuliers : Vous êtes particulier, vous avez besoin d’un moyen de transport pour le boulot, ou même pour déménager ? Et si vous rameniez dans son agence d’origine un véhicule pour seulement 1 euro ?

En ligne depuis 3 ans, LuckyLoc compte désormais 80.000 utilisateurs.
Une offre qui permet aux loueurs de voiture d’offrir à leurs clients la possibilité de déposer le véhicule dans une autre agence que celle de départ et aux particuliers de « louer » toutes sortes de véhicules à un tarif plus qu’accessible !

LuckyLoc a été sélectionné pour concourir aux Grands Prix du Business durable, organisés par BFM Business et cette semaine vous pouvez voter pour eux !! Cliquez ICI !!

Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez apprécier, en cliquant sur la photo ci-dessous, le reportage de BFM qui vous dit tout (ou presque) sur LuckyLoc.

Capture d’écran 2015-10-06 à 11.44.33

@aludv