L’art du pitch efficace avec « Ma thèse en 180 secondes »

arton169-d8c2fEtant amenée, dans le cadre de certaines de mes missions, à accompagner des étudiants, de jeunes entrepreneurs innovants, des chefs d’entreprises, à construire leur pitch pour séduire jury ou investisseurs, je ne peux pas être insensible à un événement tel que « Ma thèse en 180 secondes » !

Ce soir, aura lieu la finale internationale de ce concours, qui permet aux doctorants de faire connaître leur travail et surtout de le « démocratiser », entendez par là, « faire en sorte que même les non-initiés comprennent ».

Parce que oui, il n’est pas évident pour tous de comprendre :
« Spectroscopie tunnel à très basse température de graphène sur rhénium supraconducteur »
« Crimes racistes et racialisation. Processus de différenciation et d’universalisation des groupes ethniquement minorisés dans la France contemporaine, 1971-2003 »
Rôle d’EHD4 dans la régulation du facteur de restriction du VIH-1 : BST2″

Ces 3 sujets ne sont autres que ceux des 3 finalistes français qui concourront aujourd’hui, dés 18h30, lors de la finale internationale à la Sorbonne.
Inutile de vous dire que c’est complet depuis longtemps ! Mais… il est possible de voir la finale en direct en se connectant ICI !

Le concours est né en 2008 en Australie. C’est seulement la 2ème édition en France, conjointement organisée par le CNRS et le CPU, et déjà plus de 25 regroupements universitaires y ont participé. Voilà qui promet pour les prochaines années !

Rappelons-nous qu’en 2014, ce sont 2 françaises qui sont arrivées 1ère et 2ème à la finale internationale !

Ce soir, nous pourrons  découvrir les pitchs de 16 candidats venus de 8 pays !

Pour nous mettre dans l’ambiance, voici la vidéo de la grande gagnante 2014, Noémie Mermet.

@aludv

Quand le cancer du sein sert le marketing…

Avant toute chose, pour aller droit au but, même si vous n’avez pas le temps de lire ici ma « critique » de la campagne de communication des céréales Fitness autour du cancer du sein : CLIQUEZ ICI pour connaître les gestes de dépistage et savoir comment pratiquer l’auto examen des seins.

Le mois d’octobre, depuis quelques années, est le mois de sensibilisation autour du cancer du sein : Octobre rose.

Samedi dernier, en publication suggérée, apparaissait sur mon fil d’actualité Facebook une publication de la page «  Nestlé Fitness » qui me proposait d’agir avec eux contre le cancer du sein. Et, pour me convaincre, de visionner ce film :

Nestlé essaye ici de surfer sur la mode « connecté–selfie-réseaux sociaux » et nous dit que si l’on passait autant de temps sur notre smartphone qu’à inspecter nos seins, il y aurait moins de cancers du sein mortels, sous entendu : plus tu le détectes tôt et mieux c’est… Ce qui est vrai.

Mais, ce qui m’a interpellée dans cette vidéo, c’est qu’on nous présente une femme active certes, mais une femme qui ne s’occupe pas de ses enfants, qui ne fait pas attention à ceux qui l’entourent, qui ne profite pas de la vie… Parce qu’elle passe son temps sur son smartphone.
Sérieux ? Est-ce vraiment en culpabilisant les gens que l’on espère les faire agir ? Le « Fumer Tue » sur les paquets de cigarettes n’a-t-il pas déjà fait les preuves de son inefficacité ?
Peut-être qu’orienter le message vers : « Les femmes s’occupent d’abord des autres, avant de prendre soin d’elle » et encourager celles-ci à prendre soin d’elles aussi, aurait été plus positif, non ?

Capture d’écran 2015-09-26 à 17.38.34La communicante que je suis a eu envie de fouiller, et depuis samedi, je vais vérifier, tous les jours, l’impact des 2 hashtags que Nestlé nous propose :
#HandsOn et #EnsemblePourOctobreRose… Rien sur Twitter, malgré les plus de 750000 vues affichées sous la vidéo.
Premier constat : « Hands On » est utilisé pour beaucoup d’autres actions par les anglophones et « ensemble pour Octobre rose » est trop long, alors que #OctobreRose est lui beaucoup plus identifié.
Le buzz ne semble donc pas annoncé pour tout de suite !
Capture d’écran 2015-09-28 à 16.22.37

Que nous propose Nestlé ?
12045622_901947959852353_4785406429935158423_o• De faire un selfie avec notre paquet de céréales Fitness pour recevoir le ruban rose (donc d’acheter déjà au moins un paquet)… alors que sur le site partenaire de cette opération cancerdusein.org, on nous dit que le ruban est disponible gratuitement dans de nombreux endroits et, qu’au pire, « un bout de ruban et une épingle à nourrice » ça fait très bien l’affaire !
• D’acheter 2 paquets de céréales pour que Nestlé reverse 1€ à l’association « Le cancer du sein, parlons-en ». Il faut donc dépenser au moins 4,68 € (selon l’enseigne où vous achèterez vos paquets) pour qu’ 1 € seulement revienne à l’association… alors que sur le site de l’association on lit que Nestlé, qui rejoint l’aventure cette année, s’est de toutes façons déjà engagé à faire une donation de 10000 €.
Nestlé profiterait donc de cette donation pour valoriser son image et booster ses ventes ? Sans blague…
Capture d’écran 2015-09-29 à 13.08.17De plus l’offre semble limitée aux 5000 premiers participants et quand on clique sur les détails de l’opération on arrive sur une page  » Not found »… C’est en tout cas ce qu’il s’est passé pour moi quand j’ai cliqué sur l’url à côté du petit (2)…

Les seuls articles que j’ai trouvé sur la toile après 4 jours de mise en ligne de la vidéo, en utilisant #HandsOn comme mode de recherche, sont des articles qui reprennent, j’imagine, en copié-collé, le communiqué de presse de Nestlé, car ils disent tous exactement la même chose, au mot prêt (Top Santé YahooCyber Actu)…
Personne n’a pris le soin de s’approprier le sujet… étonnant, non ? 😉

A quoi va servir cet argent ? A faire des donations à des projets (recherches, qualité, etc..), qui seront sélectionnés par le jury (les prix rubans roses).
Bref, l’euro que vous aurez soi-disant donné en achetant des céréales Nestlé aura un parcours bien sinueux avant d’arriver directement à la lutte contre le cancer à proprement parler…

Nestlé ferait-il ainsi une opération de « Health Washing » ?
Mais non voyons… on le lit sur la page du site de Nestlé-Fitness, dédiée à l’opération : « FITNESS® aime prendre soin de la santé et du bien-être des femmes »…
En nous donnant l’image que les femmes doivent être minces, et seulement minces, n’est-ce pas ? Et comment y arriver ? En mangeant des céréales Fitness bien sûr, qui, quand on creuse un peu, contiennent – pour 100g – seulement 100 calories de moins qu’une tablette de chocolat, car oui, dans leur composition, on trouve : « sucre, sucre liquide inverti, extrait de malt d’orge, sirop de glucose »… Autrement dit sucre, sucre, sucre et sucre…

Une chose est certaine le ruban rose visible sur tous les paquets de céréales Fitness enverra bien un message subliminale aux consommatrices : si j’achète ce produit, je lutte concrètement contre le cancer du sein. J’imagine que les experts marketing du groupe espèrent que cela aura un impact sur les ventes, sinon pourquoi l’auraient-ils fait ?

Attention ! Je trouve ça primordial que l’on communique sur la façon de détecter le plus en amont possible le cancer du sein, trop de personnes dans mon entourage sont ou ont été touchées par ce fléau. Alors, au pire, on pourra se dire, oui des marques comme Nestlé utilisent une opération comme celle-ci pour valoriser leur image et faire du business… L’essentiel est qu’on en parle après tout, on n’est pas dans le monde des bisounours que diable !

Ok !

Mais alors pourquoi le film diffusé par Nestlé ne nous montre pas tout simplement les gestes qui sauvent, au lien de nous faire croire que le geste qui va sauver une vie, c’est de se prendre en photo avec une main sur le sein ? Pourquoi, pour visualiser les gestes qui sauvent, faut–il cliquer sur le film pour atterrir sur le site de Nestlé, et une fois là, lire l’article pour capter, à la fin du dernier paragraphe, que, si on veut savoir comment se faire un auto-examen, il faut cliquer ici et arriver enfin sur la page dédiée aux gestes qui sauvent… Un peu long comme parcours de clics, surtout quand on sait que, dés que l’internaute doit cliquer plus d’une fois pour accéder à l’info, il trouve ça trop long…

Bref, business is business… mais l’éthique dans tout ça ?

Pour aller plus loin dans la réflexion autour de l’image que se donnent les marques, et surtout sur la manière dont nous, consommateurs, nous entretenons ce système, en oubliant qu’en réalité c’est nous qui avons le pouvoir… je vous encourage à visionner cette vidéo où une experte en « food marketing » nous rappelle, au-delà de « comment on fait du business », nos devoirs de citoyens.

@aludv

Photo : cancerdusein.org